Un président vraiment exemplaire ! , par Bastien Moll (3F)

100 jours à la présidence des États-Alliés, ce pays puissant proche du Trexique, ça fait déjà  beaucoup et à cette occasion, de nombreux journalistes se penchent sur le parcours présidentiel impressionnant déjà effectué par Ronald Krump et ses nombreuses bonnes idées.  La première chose est que s’il n’y a toujours pas de mur entre le Trexique et les États-Alliés, Krump compte bien y remédier et sous peu. En effet, il nous a confié lors d’un entretien exceptionnel (ce n’est un secret pour personne qu’il n’apprécie pas la compagnie des médias) sa position embarrassante face à la situation actuelle. Effectivement, ses contacts d’une association caritative ne semblent pas beaucoup aimer les Tricyclains trop proches de la peut-être 1ère puissance mondiale. Mr. Krump n’a pas souhaité vraiment s’étendre sur les raisons de la distance que ses ami(e)s possèdent avec les Trexicains mais nous imaginons qu’il y a une raison totalement valable derrière ce que le président décrit comme de la haine exclusivement vouée aux maracas et sombreros  et non pas envers les individus eux-mêmes. Il suffit donc que Krump et ses connaissances cessent de porter attention aux stéréotypes et autres clichés et les tensions devraient diminuer.  Rien de bien inquiétant en somme, et lorsque nous posons des questions au  GRAND philanthrope milliardaire sur l’association caritative, qui a un peu de mal avec les étrangers (dont il est membre d’après ses propres dires), il se veut également rassurant. Pas de sombres histoires de sectes ou complots racistes. Non, il nous a d’ailleurs montré une photo de lui et de ses fameux contacts. Photo témoignant de la bonne humeur qui se dégage de cette association. Dessus on aperçoit à première vue des hommes tous vêtus de costumes blancs (rappelant évidemment à tort le Blue Blux Clan), le président au milieu faisant un signe ressemblant à un salut fasciste mais qu’il décrit plutôt comme le geste de l’éclair d’Usain Bolt mal reproduit et portant malheureusement encore à confusion.   En arrière plan on aperçoit une croix au loin avec un éclairage étrange, la photo est comme floue sur une partie mais on pourrait croire à une croix de bois en feux avec une silhouette noire calcinée. Encore une fois pas de panique, Krump nous explique tout. Il s’agit en fait d’une décoration de Noël présente pour illuminer de bonheur les membres de la sec… de la communauté de ces partisans de Ronald œuvrant tous pour le bien commun avec leur association visant à  aider les plus démunis en les débarrassant des nuisibles près de chez eux. Des cafards on imagine… Ronald explique aussi le choix de la croix, il déclare vouloir s’en prendre au Père Noël qui a osé voler la date de naissance de Jésus pour en faire sa propre fête. Le nouveau résident de la Maison rouge sang à Midllegtong (capitale des Etats-Alliés) se trouve être un grand défenseur des religions selon ses propos. Il a cependant déclaré à nos caméras « sauf de certaines… ».  Mais suite à son incroyable récit, on peut comprendre qu’il ait eu la tête un peu dans la lune quelques instants. Une étourderie qui ne se reproduira plus, nous dit le président, les doigts bizarrement presque croisés (probablement une illusion d’optique collective, je crois que ça existe…) observant nos visages choqués. Concernant les costumes blancs, ce sont en réalité des déguisements de fantômes, Krump ayant pour habitude de fêter Halloween à Noël pour montrer son irrespect envers cette fête. Malheureusement, Ronald Krump ne nous a étrangement pas autorisés à divulguer la photo. Mr. Krump nous a également parlé du fait qu’il souhaite faire en sorte de s’arranger pour faire nommer certaines  personnes au gouvernement, nous savons déjà tous sa décision de nommer chef de la DEA Walter White pour lutter contre la concurrence dans le monde du trafic de drogues, concurrence beaucoup trop présente au Mexique et rivalisant avec les Etats-Unis.  Parmi les  nouvelles personnes, Ronald voudrait Homer Simpson. Nous lui avons calmement expliqué que Walter et Homer sont des personnages de fiction. Krumpy a fondu en larmes prétendant qu’il croyait sincèrement en leur existence. Il ne faut pas trop lui en vouloir car les médias ont  souvent utilisé ces personnages de la culture populaire pour se moquer du président et interagir avec lui. Krump a fini par croire en eux tout comme  il est convaincu de l’existence du Père Noël à cause de cette fête commerciale beaucoup trop médiatisée chaque année. Lorsque nous lui avons révélé la vérité, il a déclaré « ENCORE UNE FETE TREXICAINE JE PARIE, N’OUBLIEZ PAS, J’AI LES CODES DE L’ARME NUCLEAIRE !!! ». Le président nous a fait sortir quelques heures du bureau triangulaire avant de nous faire entrer de nouveau. Il avait besoin de réfléchir. Durant ce laps de temps, nous avons entendu des bruits semblables à ceux d’animaux qui souffrent. En rentrant dans la pièce, nous avons remarqué un liquide rouge sur le sol ressemblant à du ketchup ou du sang. Le président nous a expliqué que les bruits provenaient de son aspirateur. Il se décrit lui-même comme un maniaque de la propreté. Honnêtement, j’ai senti quelque chose de louche dans sa version des faits mais je n’ai pas réussi à mettre la main dessus. Seulement une impression à mon humble avis qui ne se trompe jamais !

L’entretien touchant quasiment à sa fin, Krump a fini  par nous expliquer l’importance de ces décisions en tant que président en faisant un retour sur sa carrière.  Avant de nous flanquer à la porte en nous déclarant qu’il n’était pas gros. Il reste tout de même très susceptible, nous qui voulions simplement lui offrir une simple boite de cookies, il a tout de même pris les cookies avant de nous faire dégager. Le contenu de son retour sur sa carrière était vraiment détaillé avec toutes ses impressions. C’était très intéressant. Plusieurs questions vous viennent à l’esprit. Dont une : « Pourquoi ce texte n’est-il pas disponible ? » C’est très simple l’argent !!! Krump finance une BD écrite par Bastien Moll et dessinée par Abel Descotils, deux collégiens qui réalisent un projet EPI.  D’autres questions viennent alors à votre esprit : «Mais pourquoi Ronald engagerait-il deux collégiens pour réaliser une BD sur sa vie et surtout comment les journalistes ont-ils pu obtenir autant d’informations précises pour en faire une BD alors que l’interview était sur le point de se terminer ? » C’est très simple, cela n’a aucun sens, aussi peu de sens que les décisions de Krump depuis le début. Mais pour pouvoir découvrir les palpitantes aventures de Ronald selon sa propre vision, il y aura un prix. 90 euros sera le coût de la bande dessinée une fois commercialisée.  Ce n’est pas pour rien, il s’agit d’une BD de luxe écologique. Avec du papier recyclé, me direz-vous. Non avec des animaux, la couverture sera d’ailleurs en peau d’ours. Et cela illustre parfaitement la vie d’un président ! Il faut savoir faire des choix.  Pour préserver la nature, il faut forcément détruire la vie animale selon Krump, c’est un choix comme un autre, c’est profondément respectable. Certains diront que c’est complètement stupide, mais peu importe l’écosystème, on ne rabaisse pas la fonction présidentiel, on ne critique pas le président !

hcardat